Fanfiction - Pirates !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fanfiction - Pirates !

Message par Kyu le Mer 30 Avr - 9:34

Pirates ! - Fanfiction par Kyu ~

Chapitre 1 : Une assassin et une déserteuse.

(pour les noms des techniques avec une petite étoile à côté, voir au bas de la page)

Une silhouette sombre se glissait parmis les ombres du port. Une mèche noir s'échappa de la capuche qui recouvrai son visage, un souffle de vent la soulevant. Le rire des morts, emportant un nouveau venu dans leur rang, la suivait encore tel un léger tintement. Encore un mort. Encore quelqu'un qu'elle avait tué.
Ce n'était pas un problème. Elle était la mort, elle était Ténébriis. Qui pourrait reprocher à la mort elle-même, le fait de tuer quelqu'un ? De rajouter une personne à la liste de ses serviteurs ?

Le vent froid qui la suivait, semblant venir d'une région inexplorée de la contrée des morts, s'engouffra dans l'auberge où elle entra, sans pour autant la suivre lorsqu'elle ferma la porte. Un sourire s'esquissa alors sur ses lèvres fines. Certains esprits avaient beau être rebelle, elle savait se faire obéir.

Alors qu'elle venait de commander son repas, quelqu'un attira son attention. C'était une jeune femme, elle aussi enveloppée dans une cape foncée. À la différence près… Qu'elle ne dégageait pas du tout la même aura. Celle-là dans un état de nervosité assez élevée. Elle jetais sans arrêt des coups d'oeil vers la porte, mangeais comme une affamée, et sursauta lorsque Ténébriis profita d'un instant d'inattention de sa part pour se glisser derrière elle et poser la main sur son épaule. L'inconnue se retourna vers elle avec une vivacité impressionnante qui trahissait ses capacités de combat, en portant subtilement la main vers sa hanche, où se trouvait un pistolet d'assez bonne facture… Mais qui malheureusement était aisément reconnaissable à n'importe quel personne possédant un sens de l'observation un tant soit peu aiguisé.

Ténébriis s'assis sur le bar à côté et lui murmura d'une voix neutre :
"-Tu devrais te débarrasser de cette arme. Elle est beaucoup trop repérable."

L'étrangère, ou plutôt, l'ex-soldat de la Marine, comme l'indiquait l'arme en question, qui se tenait à côté d'elle écarquilla les yeux sous l'effet de la surprise et de la peur, mais sa voix ne trahissait aucune émotion :
"-Il serait peut être plus… commode de discuter ailleurs, non ? J'ai déjà une chambre."

Ténébriis accepta en se levant en silence. Elle la suivit dans les couloirs, et une fois à l'abri des oreilles indiscrètes, elle lança avec un air cynique :
"- Alors comme ça, on fuit la Marine, hein ?
-Tais-toi ! Tu ne sais rien de moi !"

Une seconde plus tard, Ténébriis avait une lance dirigée contre son coeur, et la déserteuse une lame si aiguisée pointée contre sa gorge qu'une goutte de sang perlait le long de la lame.
Elles étaient à égalité.

Ténébriis prit la parole.
"-Tiens, tiens, un des six pouvoirs ? Le Soru*… Mais tu étais haut-placée en plus, dis donc.
-… Sous-commandante de la cinquième division…
-Oh, la cinquième division… Je comprends pourquoi tu as quitté la Marine… Tu t'imaginais pas massacrer des innocents, quand tu t'es engagée, hein ?"
La femme assassin avait un sourire goguenard.
Le regard de son adversaire se durcit, et celle-ci ressera sa prise sur sa lance sans répondre, ni bouger.
Ténébriis insista :
"-La cinquième division… Ceux qui tue les survivants restant sur l'île après un Buster Call, non ?"

Le regard de l'autre jeune femme fut submergé par le regret, et elle vacilla.
"-C'était… Des innocents… Des enfants…
-Eh oui, le gouvernement est pas aussi juste qu'il le prétend, hein ?
-…
-Plus important, tu es déjà recherchée ou pas ?
-Je… Je ne sais pas…"

La jeune femme rangea son épée, montrant qu'elle n'étais pas d'humeur belliqueuse. L'autre resta quand même sur ses gardes, afin de parer toute éventualité de tactique consistant à gagner l'amitié de son adversaire pour mieux le tuer ensuite.

La dudit adversaire s'étendis sur le lit avec nonchalance.
"-Et maintenant ? Tu comptes aller où ?
-… Je sais pas trop non plus…
-Bon…, soupira Ténébriis. Une idée la prit soudain : Pourquoi tu viendrais pas avec moi, alors ?
-… Pardon !?
-Voyageons ensemble ! On sera plus forte et on aura moins de chance de se faire attraper.
- Moi !? Voyager avec une hors-la-loi telle que toi !?
-Tu en es une aussi, maintenant.
-…
-Allez, ce serait cool.
-…
-Sinon, je pourrais te ramener direct à la Marine.
-J'aurais toujours l'excuse de dire que c'était toi que je cherchais, Lilia la nécromancienne.
-…
-À ton tour de ne plus rien dire ?
-Je préfère qu'on m'appelle Ténébriis.
-Et moi… Kyu."

L'échange de leurs noms scella leur accord.
Cependant, ce n'était qu'une alliance temporaire, elles en étaient toutes les deux convaincues.
Chacune connaissait le "secret" de l'autre, chacune pouvait la trahir à tout moment. Ainsi, chacune restait sur ses garde en permanence, alors même qu'en apparence, elles étaient assez amicales l'une envers l'autre.

L'union des deux jeunes femmes porta néanmoins ses fruits.
Elle parcoururent East Blue de long en large, en éliminant les politiciens véreux ou les pirates qui avaient pris le pouvoir.
Leurs techniques de combat se complétait à merveille, peu importe le nombre d'opposant.
Mais ce qui intriguait Kyu, c'était que Ténébriis insistait à chaque fois pour porter le coup de grâce aux ennemis qui leur donnait le plus de fil à retordre. En effet, les pouvoirs de l'assassin était inconnu de Marine ; elle était, à la base, une simple tueuse à gage. Ténébriis était d'ailleurs son surnom de tueuse.

Ce ne fut qu'une fois East Blue nettoyée que la tête de Kyu fut enfin mise à prix. La cinquième division étant réputée pour les capacités de combat assez élevées de ses membres, la prime de Kyu était en conséquence assez haute pour une première prime.

Ténébriis fut étonnée par le soupir de soulagement et le léger sourire rêveur que Kyu eut la première fois qu'elle vit sa photo dans le journal, où il était expliqué qu'un simple soldat l'avait reconnu et immédiatement prévenue les autorités. Lorsqu'elle lui en demanda la raison, elle ne reçut comme réponse qu'une phrase qui restait assez mystérieuse pour elle :
"-Il ne m'as pas trahi."
Elle n'arriva pas à soutirer d'autre information. Mais cela ne l'intéressait pas plus que ça. Alors, elle n'insista pas. Après tout, tout le monde avait droit d'avoir ses secrets.

À des kilomètres de là, sur Grand Line, retourné à la base générale de la Marine, le vice-amiral Roy, commandant de la cinquième division, lisait le journal d'East Blue qui relatait une fois de plus la dernière activité des deux nouvelles hors-la-loi qui sortait du lot, soit Lilia la nécromancienne, accompagnée de… Kyu. Son ancienne sous-commandante.
Lorsqu'elle s'était enfuie, Roy était là. Il l'avait suivi jusqu'à la sortie du bâtiment et lui avait bloqué le passage dans la dernière ruelle qu'elle devait traverser. Kyu s'était arrêtée devant lui et avait levé vers lui un regard rempli de détresse. Il lui avait posé un doigt sur la bouche pour l'inciter à se taire, et lui avait glissé un papier dans la poche. Car dès qu'il avait vu Kyu, il avait su que cette femme était beaucoup trop indomptable et rêveuse pour rester dans la Marine. Il s'était préparé à son départ. Mais… Il devait avouer qu'elle lui manquait. Surtout lorsqu'il pensait à ce qu'il avait fait après lui avoir donné la lettre… À ce souvenir, il se gratouilla la joue gauche, comme à chaque fois qu'il était gêné. Il l'avait étreint, s'était penché sur elle et l'avait embrassé. Étrangement, elle me s'était pas débattu, mais lorsqu'il l'avait relâché, elle s'était enfui à toute jambe sans se retourner.
Ce qu'il n'avais pas remarqué, c'est qu'elle pleurait.

Une fois hors de danger,  Kyu avait lu le papier de Roy.
Elle avait encore pleurer.
Roy, qui avait essayé plusieurs fois d'écrire une lettre d'adieu correcte, mais qui la jetait à chaque fois -il trouvait que ce n'était pas assez bien pour elle- avait finalement écrit à la va-vite sur la feuille :
"Vis comme tu l'entends. Je ne dirais rien".

Ainsi, Kyu avait compris qu'il avait tenu sa promesse. Ce n'était pas Roy qui l'avait dénoncé. En fait… Elle n'aurait jamais pensé qu'il puisse le faire. Pas après ce qu'il avait fait quand elle était partie… Kyu frissona et porta, sans y penser, la main à ses lèvres en y repensant. Il l'avait embrassé.
Pourquoi ne l'avait-elle pas repoussée ? Sur le moment, cela lui avait semblé normal de ne pas le faire, mais avec le recul… Il n'y avait qu'une seule explication.

Mais non. Non. C'était impossible. Elle devait faire une croix sur lui, l'oublier. Elle l'avait trahi. Elle l'avait perdu. Elle avait tout laissé derrière elle, sans retour possible. Même lui. Même si elle regrettait. Parce qu'elle devait l'avouer : Il était son seul regret. Depuis qu'elle avait quitté la Marine, sa vie avait un goût de liberté, et elle voyait des choses dont elle ne serait pas rendu compte en étant soldat. Elle voyait l'injustice. Elle voyait que le Gouvernement Mondiale était injuste, et elle voulait changer cela.

"-Allons sur Grandline, dit-elle un jour à Ténébriis. Nos actions auront plus d'impact sur le monde entier".


*Le Soru (l'incision dans la vf) est une technique consistant à faire un mouvement tellement rapide qu'il n'a pas le temps de s'imprimer sur la rétine, donnant ainsi l'impression de disparaître et de réapparaître à un autre endroit.


Dernière édition par Kyu le Lun 9 Juin - 9:27, édité 1 fois
avatar
Kyu

Messages : 24
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfiction - Pirates !

Message par Kyu le Mar 20 Mai - 9:37

Pirates ! - Fanfiction par Kyu ~

Chapitre 2 : Un chat aux yeux vairons

Sur une île à l'entrée Grand Line, un officier de la Marine caressait un beau chat noir aux poils lustrés, qui avait une curieuse clochette dorée accrochée à sa patte arrière gauche avec un ruban vert clair. Ce chat a des yeux magnifiques, songea l'officier alors que l'animal levait la tête vers lui en miaulant. Un œil d'ambre et un œil vert… si une femme avait de tels yeux, se dit-il, il pourrait tomber amoureux d'elle au premier regard. Il soupira. Malheureusement, une telle femme n'existait pas, du moins pas sur la petite île moisie ou la Marine l'avais envoyé. Il attendait oisivement sur cette île, et devait protéger, avec son escadron, la salle où l'on  entreposait tout l'argent du péage entre East Blue et Grand Line. Mais il me se passait jamais rien. Tout les mois, inlassablement, un autre officier venait vider les coffres pour tout ramener au quartier générale. Toujours le même officier. Grand, bien bâti, avec des cheveux d'un rouge flamboyant toujours en pétards, il était bel homme mais paraissait très jeune. L'officier ne se souvenait plus de son nom ; mais il avait entendu dire que c'était lui qui avait demandé à avoir ce poste. Apparemment, il n'avait plus toute sa tête depuis que sa sous-commandante avait déserté. Mais il s'apercevrait bien de ça tout seul, il venait dans trois jours récupérer le butin. Il l'inviterait à boire une bière dans la seule et unique auberge de l'île et jugerait lui-même si  
Le chat était partie. Le soleil brillait, haut dans le ciel. Bientôt, il allait pouvoir quitter cette île, visiter le monde et trouver cette femme dont il rêvait.

Non loin, un bateau au large de l'île était en effervescence. Il était effilé, apparemment c*nçu pour la vitesse, et sa majestueuse poupe était un élégant Jaguar qui semblait rugir contre le ciel. Le nom du navire était inscrit, en lettre peinte avec art : Le Jaguarian.

Sur le pont, un homme au cheveux ocres, qui dégagait une autorité naturelle, donnait des ordres à deux jeunes, un garçon et une fille, tandis qu'un troisième garçon jonglait avec des sortes de bombes de composition artisanale. Le pavillon noir fut hissé, un jolly Roger orné d'un crâne a la forme bizarre, plutôt féline, et au grandes canines aiguisées.
La vigie de l'île avertie immédiatement l'officier. Le Jaguarian arrivait. L'homme courut prendre son carnet où était regroupée les mise à prix ; le capitaine du navire, Tiger D. Jonathan, avait une prime 100 millions de Berrys, c'était donc un rookie assez fort. Son équipage était composée d'un jeune homme roux, surnommé Léo la Flamme, expert en explosif et en poudre à canon et  charpentier, avec une prime de 70 millions, de deux jumeaux épéiste, Panther Titi et Panther Gryfman,  aussi appelés "The Panther Twins", qui avait chacun 55 millions sur leur tête, ainsi que de la mystérieuse Yamaneko no Shenga dont le Gouvernement ne connaissait pas le visage, ni le danger qu'elle représentait. Ainsi, elle valait 50 millions de Berrys, mais il était fort probable qu'elle soit bien plus forte que sa prime ne le laissait sous entendre.

Ils commencèrent à tirer sur le bateau avec leur canon, mais il était trop rapide pour eux. Le vaisseau accosta donc, mais il fut rapidement encerclé par les soldats sur la terre ferme.
Soudain, un magnifique tigre à dents de sabre jaillit du bateau dans un saut élégant et gracieux, calculé à la perfection, qui propulsa l'animal juste derrière les soldats. Les soldats abasourdis ne remarquèrent pas qu'un jeune homme roux leur avait lancé une sorte de petite boule, orné d'une mèche allumée, mais Jonathan qui avait repris forme humaine ne souciait guère de l'explosion qui retentit derrière lui. Flamme savait ce qu'il faisait, il ne ferait jamais brûler le bateau à moins de le vouloir.
Le pirate se remit en marche, alors que Flamme et les deux jumeaux le rejoignait silencieusement après avoir achevé les soldats.
Peu après ils arrivèrent sur la place principale de l'île, non loin du bâtiment où était stocké le butin.
Une autre troupe de Soldat les attendais ainsi que l'officier qui les commandait.
Jonathan esquissa discrètement un sourire lorsqu'il aperçut un chat noir se frottant contre les jambes de l'officier. Il prit la paroles d'une voix forte :
"-Vous devriez vous rendre avant qu'il y est plus de pertes dans vos rang, Marines !
-Jamais, sale pirate ! Nous sommes supérieurs en nombre ! Nous vous vaincrons !
-Ah oui ? Pourtant, votre chance a tourné… On ne vous a jamais dit… Qu'un chat noir portait malheur ?"

Un tintement de clochette plus tard, l'officier se retrouva avec une couteau contre la gorge, tiré par les cheveux et son dos collé contre la poitrine d'une femme qui était arrivé là comme par enchantement.  
Quelqu'un sorti un Den-den mushi* pour donner les dernières informations sur Yamaneko no Shenga, qui apparemment avait le pouvoir d'être invisible, ou quelque chose qui ressemblait.
Personne n'avait remarqué que le chat noir n'avais disparu.
Personne sauf Jonathan, qui connaissait parfaitement les capacités de sa sous-capitaine.

Après la bataille contre les quelques soldat qui ne s'était pas rendu, qui fut rapidement terminé -au grand désespoir de Titi et Gryfman, qui adorait se battre-, ils allèrent récupérés l'argent, ayant toujours l'officier en otage.
Une fois que tout fut dans le bateau, Shenga se tourna vers lui.
Elle était sublime. Et ses yeux…
Un œil jaune, et un œil vert. Les yeux dont il avait toujours rêvé. C'était la première fois qu'il voyait des pupilles aussi belles.
Et la dernière.
Le merveilleux regard qu'il voyait devint aussi glaciale que la lame qui lui transperça le cœur.

Jonathan regarda le cadavre de l'homme et son expression se durcit. Il avait surpris le coup d'oeil que l'homme avait jeté à Shenga juste avant de mourir. Ce Marine avait, lui aussi, succombé au charme de la jeune femme… Jonathan ne pouvait s'empêcher de ressentir de la jalousie.

Il décida de rester sur l'île deux ou trois jours, afin de permettre à Shenga, qui était resté deux semaines sur cette île, de se reposer.

Pendant ce temps, deux jeunes femmes se dirigeait vers l'île.


*Un Den-den mushi (ou escargophone dans la vf) est simplement un téléphone en forme d'escargot, sauf que le visage de l'escargot retranscrit les émotions de celui qui parle. Il existe plusieurs type de Den-den mushi, dont des Den-den mushi vidéo, enregistreur ou autre. Les Den-den mushi sont d'ailleurs considérés comme des animaux à part entière et peuvent se reproduire entre eux.
avatar
Kyu

Messages : 24
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfiction - Pirates !

Message par Kyu le Lun 9 Juin - 9:28

Pirates ! - Fanfiction par Kyu ~

Chapitre 3 : Le monde est petit

Kyu et Ténébriis débarquait sur une petite île à l'entrée de Grandline, appelé "L'île du Péage". Cette île ne contenait qu'une seule ville, aussi se dirigèrent-elles en sa direction.
Dès leur entrée, elles se rendirent compte que quelque chose n'allait pas. Personne ne traînait dans les rues, les gens les observaient avec méfiance depuis leur fenêtre… Il avait du se passer quelque chose.
Sans même se concerter et dans un même mouvement, elles rabattirent leurs capes sur leur tête pour cacher leur visage. Cela fit sourire Kyu. Ça faisait des mois qu’elles voyageaient ensemble, et cela commençait à se faire sentir. Elles avaient les mêmes réflexes, et comme elles n'avaient plus besoin de se parler à haute voix pour savoir ce que l'autre ferait, elles étaient à même à réagir à n'importe quoi sans se gêner. C'était d'ailleurs assez utile quand elle se battait contre des adversaires supérieurs en nombre.
Elles allèrent à l'auberge du village, qui était déserte. Le seul homme présent était l'aubergiste, qui marmonnait, mécontent. Elles s'installèrent à une table. Il fit un regard soupçonneux : "Qui êtes-vous ?"
Ténébriis pris Kyu de court en plantant un poignard effilé sur la table :
"-Notre identité n'as aucune importance. Serre-nous sans poser de question si tu tiens à toutes les parties de ton corps."
L'homme affolé servit aussitôt les deux jeunes femmes. Kyu adressa un reproche silencieux à Ténébriis en lui lançant un coup d'œil courroucé, auquel celle-ci répondit par une grimace désabusée,  et alla sur le comptoir pour aller s'excuser auprès de l'homme en question. Celui-ci lui dit que ce n'était pas grave, qu'il avait vu pire. Notamment ses derniers pirates, là…, mais à peine sa phrase commencée, il se tut en lui conseillant de partir. Ténébriis arriva alors, toujours avec son poignard dans, et s'accouda nonchalamment sur le comptoir en jouant avec sa lame. "J'espère que tu as une chambre pour nous ce soir, Vieil homme… ce serais dommage de salir cette arme…".
L'aubergiste, terrifié, leur promit qu'une chambre serait prête dès la fin d'après-midi. Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres de Ténébriis et elle sortit, suivie par Kyu. Aucune n'avait remarqué les yeux perçants, de deux couleurs différentes, du chat noir qui les observait depuis le haut des marches de l'escalier qui conduisait aux chambres.

Jonathan somnolait encore, nu dans son lit, quand il s'aperçut que sa sous-capitaine avait disparue. Elle était sans doute encore une fois partie en cavale sans l'avertir… Il n'y avait pas longtemps, d'ailleurs, car le creux du lit à ses côtés était encore chaud.  Il soupira. Il ne pouvait rien y faire, lui aussi aimait le goût de la liberté.
Alors qu'il s'était levé et commençait à enfiler des vêtements, Shenga revint.
"-Il y a deux femmes qui sont arrivée sur cette île. Lilia la nécromancienne, et je n'ai pas reconnue l'autre, mais ce doit être Kyu, qui l'accompagne d'après les journaux
-Ça va aller pour toi ? Pour Lilia…
-Je m'occuperais d'elle personnellement. Je me vengerais."
Un sourire carnassier étira les lèvres de Jonathan qui commença à s'étirer et à s'échauffer les muscles.
"Bien, alors… On dirait que l'on va devoir se battre…  Je n'aime pas quand quelqu'un pénètre sur notre territoire…"
Shenga sourit à son tour, et son regard brilla d'une lueur glaciale avant qu'elle ne reprenne sa forme féline et se fonde dans l'ombre pour aller prévenir les autres.

Pendant ce temps, Roy naviguait en direction de l'île du Péage, afin de récupérer et ramener au QG de la Marine la récolte monétaire du mois. Il avait choisi de faire ça pour se rapprocher d'East Blue, où il savait que Kyu était. Cela faisait à présent trois mois qu'il avait accepté ce poste, trois mois qu'il guettait en vain des nouvelles d'elle. Il commençait à désespéré lorsqu'il avait enfin vu une photo de la jeune femme, en couverture, accompagnée de celle d'une tueuse à gage, Lilia la nécromancienne. Au cours des semaines suivantes, il se rendit compte qu'elles commençaient à se diriger vers Grand Line. Cela le réjouissait : il avait enfin une petite chance de la revoir ! Il essaya néanmoins de tempérer son cœur embrasé par l'espoir. Cette chance était infime, tant Grand Line était vaste.
De la vigie, il commençait déjà à voir l'île. Un étrange bateau lui fit froncer les sourcils. Il n'arrivait pas à lire le nom de celui-ci, mais la poupe qu'il apercevait lui rappelait quelque chose. Toutefois, il se souvenait plus quoi, donc ça ne devait pas être très important.

Shenga se glissait souplement dans les couloirs. Titi et Gryfman semblaient être occupés tout les deux, aussi la sous-capitaine alla d'abord dans la chambre de Flamme. Il était encore en train de bricoler, des choses que Shenga, ni personne d'autre d'ailleurs, ne comprenais.  Mais c'était en général assez utile pendant les combats, alors ses capitaines le laissait tranquille.
La belle femme lui exposa la situation, et un sourire enfantin se dessina sur le visage de Flamme alors que ses yeux brillaient de plaisir :
"-Je vais pouvoir tester mes nouveaux joujoux !". Cela fit également sourire Shenga. Le jeune homme fabriquait des armes mortelles et les qualifiait de "joujoux", ce qui manifestait d'une innocence désarmante, comme un enfant inconscient de la destruction qu'il engendrait. C'était attendrissant, et Shenga lui ébouriffa les cheveux dans un geste maternelle, bien qu'elle ne ressente rien pour lui, même pas l'amitié qu'on aurait pour un compagnon, un frère ou un fils. Elle le salua et sortit de la pièce. Elle se pensait capable de l'éliminer sans sourciller si jamais il créait des problèmes. En fait, elle pouvait tuer de sang froid n'importe qui, surtout si le malheureux (ou la malheureuse) avait osé s'opposer à Jonathan. Elle ne ressentait aucun sentiment, à part pour Jonathan. Jonathan qui les avait sauvées, elle et sa sœur…
Tchh. Penser à sa sœur la mit immédiatement en colère, et elle se crispa. Sa sœur avait décidé de ne pas suivre Jonathan alors qu'elle avait une dette envers lui. Shenga considérait cela comme une immense trahison, car elle l'avait abandonnée aussi. Mais elle allait pouvoir régler ses comptes avec elle. Elle n'était pas très loin, à présent… Sa grande sœur mourrait de ses propres mains, Shenga s'en était fait le serment. "Bientôt, se dit-elle, impatiente. Bientôt, ma vengeance s'accomplira…"
avatar
Kyu

Messages : 24
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfiction - Pirates !

Message par Kyu le Mer 9 Juil - 16:36

Pirates ! ~ Chapitre 4 : Retrouvailles

"-Tu es particulièrement belle ce matin, ma sœur…"

Titi rougit sous le compliment. Son frère était beau parleur, elle le savait et aurait dû être habitué à ces compliments, mais elle ne s'y faisait pas. Et puis elle était secrètement flattée par toutes les belles phrases qu'il disait à son sujet. Mais ceci, elle était bien trop fière pour l'avouer.

En souriant, elle continua de brosser ses longs cheveux noir avant de les attachés en couette haute, pendant que Gryfman continuait à couvrir d’éloge la beauté de sa sœur jumelle. Quand elle eut fini de se coiffer, il avança vers elle qui était face au miroir, et posa tendrement les mains sur ses épaules. Ils se regardèrent dans les yeux à l'aide de la glace. Leurs yeux à tout les deux étaient identiques. C'était des yeux verts et perçants, qui ressemblaient à ceux d'une panthère. À cause de leurs yeux et de leur ressemblance, Titi et Gryfman avait été accusé d'être maudits, depuis leur enfance. Ils n'avaient pas d'amis, étant rejeté par tous, et leur seule famille était leur grande sœur, qui vendait son corps et ses services pour les nourrir. Mais un jour, les habitants du village où ils habitaient avaient décidé de passer à l'action, et avaient fait brûler intégralement la maison et leurs maigres possessions. Heureusement les jumeaux avaient pu s'échapper, et leur grande sœur n'était pas à la maison. Cependant, ils ne l’avaient jamais revue, ayant dû s'enfuir de l'île en catastrophe.

Un dojo les avait alors recueillis. Ils avaient appris à se battre, tout les deux, et étaient rapidement devenus les élèves les plus doués du dojo ; ils étaient aussi forts l'un que l'autre, bien que n'ayant pas le même style de combat : Titi se battait avec deux sabres, et Gryfman avec un seul. Mais au bout d'un temps, ils n'eurent plus rien à y apprendre, et, apte à se débrouiller tout seuls, partirent encore.

Arrivés sur une autre île, qui était contrôlée par un puissant pirate, ils furent assaillis par les subordonnés dudit pirate. Celui-ci fut impressionné par leurs capacités de combats et leur proposa de les rejoindre. N'ayant pas d'autres choix, car ils n'avaient plus assez d'argent pour quitter l'île, ils acceptèrent.
Ils semèrent la terreur sur l'île. Leur nouveau surnom était les démons jumeaux ; personne n'osait les provoquer, sous risque de mourir.
Et puis, un jour, leur vie fut à nouveau chamboulée.

Un certain Jonathan D. Tiger, accompagné d'une mystérieuse femme aux yeux vairons, fit des ravages parmis leurs rangs. Titi et Gryfman s'interposèrent alors, mais ils firent l'erreur de se séparés : individuellement, ils étaient moins fort qu'ensemble. Gryfman se fut mis au tapis par Jonathan, et Titi avait abandonné son combat des qu'elle avait vu le corps inconscient de son frère.
Le pirate qui les avait pris son aile mourut. Apparemment, il avait fait quelque chose qui avait déplu à Jonathan.
Celui-ci vit le potentiel combatif des jumeaux et leur demanda de rejoindre son équipage. N'ayant rien à perdre, ils acceptèrent.
Voilà comment ils étaient devenus membres de l'équipage.

Ils entendirent Shenga rentrer dans la chambre et se tournèrent vers elle ; elle leur exposa la situation : ils allaient devoir se battre ! Contre des adversaires relativement fort. Leurs yeux brillèrent encore plus intensément alors qu'un sourire se dessinait sur leur visage : enfin, des adversaires autres que Shenga et Jonathan qui semblait à leur hauteur...
Rapidement, ils se mirent à aiguiser leurs armes, bien qu'une de leurs lames, qu'ils pouvaient s'échanger en plein combat, soit démoniaque et n'en ait pas besoin.

Bientôt, tout l'équipage de Jonathan fut dehors, réuni sur la place principale du village. Flamme avait installé des mines qui ne seraient fatale qu'à Ténébriis : malheureusement pour lui, il disposait de trop peu d'informations sur Kyu et ne pouvait pas régler ses mines contre elle.
Ils attendaient, à l'affût, les deux femmes qui étaient devenues leurs proies.

Elles arrivèrent peu après, Kyu marchant derrière Ténébriis : celle-ci s'arrêta net en voyant l'équipage, et sa compagne lui rentra dedans, ne regardant pas. Ténébriis se rattrapa et dévia son pied juste avant de marcher sur une mine… Elle l'avait détectée juste à temps.
Kyu prit conscience du danger et dégaina sa lance ; elle se mit en position de garde et commença à les apostropher, mais Ténébriis la coupa : « Je sais ce qu’ils veulent. Ils veulent se battre. Et l’une des leurs  veut la vengeance. »
Les deux équipes se jaugèrent du regard. Ce serait un combat très inégal ; Ténébriis et Kyu avait beau être forte l’une et l’autre, elles étaient deux contre cinq. Il le savait tous. Ça prendrait sûrement du temps, mais elles allaient inexorablement se fatiguer, et perdre.

Les secondes s’écoulait lentement, le temps semblait suspendu.
Et puis, dans un grand cri rempli de rêve de vengeance et de tuerie, Shenga courut vers ses adversaires et se jeta sur Ténébriis.

Aussitôt, tout le monde se mit en mouvement : Kyu utilisa le Soru pour se déplacer vers les jumeaux, Ténébriis sortit sa lame noire en un instant pour bloquer les griffes de Shenga, Flamme recula, armé d’un canon, attendant le bon moment pour tirer, et Jonathan alla prêter main forte à Shenga.

Kyu se battait vaillamment, mais ses adversaires étaient forts. Vraiment très forts. Elle était contrainte de rester sur la défensive et de rester tout le temps en mouvement pour ne pas que Flamme la vise ; elle savait que son Tekkai*  ne serait pas assez fort pour résister à leurs assauts répétés à tout les trois. Elle multipliait donc Soru et Geppou*, arrivant même à mélanger les deux, mais ses adversaires arrivaient à rivaliser avec son incroyable vitesse, simplement parce qu’ils étaient deux et qu’ils avaient une coopération qui dépassait l’entendement. Là où les deux lames de la fille n’était pas, l’épée du garçon l’était, et Kyu ne se faufilait que difficilement à travers  leurs attaques ; elle recevait de plus en plus de blessures, et bien qu’elles soient superficielles, cela commençait à l’affaiblir. Une attaques de ses ennemis la prit par surprise ; ils avaient soudainement échangé leurs épées et Kyu se serait fait trancher la tête, si elle n’avait pas utilisé son Tekkai au dernier moment. Mais Flamme guettait et, profitant de son immobilité, il visa. Et tira.

Ténébriis, malgré ses incroyables capacités, savait qu’elle allait perdre. Elle aurait très bien pu gagner contre Shenga ; elle la connaissait, et celle-ci était aveuglée par la colère. Elle sortit une deuxième lame de sa manche, noire également mais plus courte, pour parer une attaque meurtrière de Jonathan, puis la rengaina et fit une roue arrière pour échapper au corps à corps, envoyant un poignard de lancer sur Shenga qui le dévia. Se ruant sur Jonathan, Ténébriis lui envoya un coup de pointe vicieux en direction du cœur ; il esquiva en se déplaçant sur le coté et attrapa l’épée de la jeune femme par la lame. Voilà où étais le problème, pensa-t-elle. Jonathan était plus fort qu’elle. Pas de beaucoup, certes, mais elle se ferait rapidement débordée par lui et sa sœur. Abandonnant son épée, elle profita du fait que le capitaine est le bras occupé et tenta de lui déchirer le flanc avec la lame cachée dans sa manche ; malheureusement, Shenga se jeta entre eux et para la lame de Ténébriis en croisant ses poignards devant elle. Jonathan en profita pour libérer une partie du pouvoir de son fruit du démon. Un tigre apparut alors vers les deux filles. Il se jeta sur Ténébriis, griffes et crocs en avant ; elle réussit à se dégager sur le coté, mais les griffes accrochèrent sa cape et elle tomba. Shenga l’immobilisa, et pointa un poignard sur la gorge de Ténébriis, qui ferma les yeux, vaincue.

Kyu s’était tendue et avait renforcé le plus possible son Tekkai en attente de l’impact, mais elle entendit une explosion derrière elle et il ne vint pas. Puis, à ses oreilles parvinrent deux voix qu’elle connaissait bien.

"-Tu vois, c’était simple. Il n’y a même pas un débris qui est arrivé jusqu’à elle.
-Oui, oui, c’est bon, arrête de te vanter ! Allons nous battre, maintenant."

La jeune femme en fut si surprise qu’elle en oublia momentanément le combat. Elle reprit conscience qu’elle était en pleine bataille quand elle entendit des lames s’entrechoquées ; lorsqu’elle leva la tête elle s’aperçut que c’était Roy qui avait paré les trois lames de ses adversaires. Elle se tourna : effectivement, l’autre voix appartenait bien à celui qu’elle pensait et elle cria :

"-Roy ! Ora !"

Effectivement, Oragie, maitre stratège et également meilleur ami de Roy et Kyu, était également venu à sa rescousse. Dans sa main, il tenait encore le pistolet qui lui avait servi à bloquer le boulet de canon de Flamme ; il le remit à sa ceinture d’un geste suffisant, presque négligeant, comme si bloquer un boulet de canon avec une balle était à la portée de tout le monde. Elle lui sourit. Elle n’avait plus à s’inquiéter de Flamme, à présent ; même si elle savait que ce n’était qu’une trêve temporaire avec le représentant de la Marine, et qu’il serait bien plus dangereux que ses adversaires présents, elle était contente de se battre à ses côtés une dernière fois.

Elle jeta un coup d'œil vers Ténébriis ; l'arrivée des Marines avait déstabilisé quelques instants ses adversaires, et arrêter le geste de Shenga, mais elle était en difficulté.

Se tournant vers Roy, elle estima qu'il se débrouillait bien contre les deux épéistes, et utilisa un autre Soru pour porter secours à sa compagne d'arme ; elle arriva sur Shenga et la percuta violemment, la faisant rouler au sol avec elle.
Ténébriis, libérée du poids du corps de sa sœur, se releva immédiatement, en faisant attention de ne pas déclencher une mine. Elle s'aperçut que Shenga était toujours aux prises avec Kyu, et défia le tigre du regard. Il poussa un grognement sourd et menaçant. Ils avaient encore une chance de gagner ; mais cette chance, c'était tuer Kyu. Ainsi les Marines qui étaient venus lui prêter main-forte se retournerais également contre Ténébriis, qui serait submergée par le nombre. Cependant, entre lui et Kyu se trouvais Ténébriis. Il devait s’en remettre à Shenga pour tuer Kyu, et se concentrer sur elle.

Flamme rechargeait, visait, tirait. Mais aucun projectile n’atteignait sa cible. Il ne comprenait pas. Il visait bien, pourtant, il n’avait jamais manqué une cible auparavant. Mais l’homme qui était en face de lui semblait se jouer de lui. Il esquivait toute ses balles avec une agilité déconcertante, comme si… comme si il devinait exactement où il fallait aller pour ne pas se faire toucher. Et il se rapprochait inexorablement du jeune homme ; celui-ci était en mauvaise posture. Cependant, il ne paniqua pas. Il avait encore un atout dans sa manche. Oragie remarqua le calme du rouquin et commença à se méfier, sans pour autant cesser de s’approcher. Mais son ennemi avait fini de préparer son coup. Au moment où le vice-amiral portait un coup d’estoc a son adversaire, celui-ci appuya sur une détente…
… et tout explosa autour d’eux.

Roy, qui se battait contre les jumeaux, ressentit un souffle chaud derrière lui et se retourna juste à temps pour voir une vague de feu arriver sur eux à toute vitesse. Il jeta un coup d’œil affolé vers Kyu. Il ne s’inquiétait pas pour lui, mais pour elle ! "Non, pensa-t-il. Je ne peux pas la perdre maintenant, pas de cette manière là !"

Aussitôt, il se mit à courir en sa direction. Il libéra le pouvoir de son fruit du démon et de grandes ailes blanches, des ailes d’ange, se déployèrent dans son dos pour améliorer sa vitesse. Il se jeta sur Kyu et la protégea avec son corps.
Jonathan avait également vu le danger et voulait lui aussi protéger celle qu’il aimait. Concentrant tout son énergie, il réussit à libérer son fruit du démon à une étape au dessus : il devint un dieu-tigre, plus grand et plus rapide qu’un tigre normal sans pour autant prendre sa forme suprême. Shenga compris immédiatement qu’elle risquait de mourir sans lui et sauta sur son dos, devinant ce qu’il voulait.

La place s’était transformée en fournaise en l’espace de quelque secondes. Au milieu, Flamme titubait, le flanc déchiré par la rapière d’Oragie, qui gisait, inconscient et le corps à moitié brulé, non loin. La vue du jeune homme roux se troubla.

"Eh bien… Mon nouveau jouet… marche très bien…" pensa-t-il.

Et il tomba.


Dernière édition par Kyu le Mar 16 Sep - 20:11, édité 1 fois
avatar
Kyu

Messages : 24
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfiction - Pirates !

Message par Kyu le Mar 16 Sep - 20:10

Pirates ! ~ Chapitre 5 : Souvenirs


Le feu s’éteignit de lui-même au bout de quelques minutes. Apparemment, seul Flamme et Oragie avait subit de graves blessures. Devant Ténébriis ne subsistait qu'une traçe de cendre. Titi et Gryfman avait été protégé par leur katana maudit. Shenga et Jonathan s’était mis à l’abri à temps. Kyu et Roy était enfermés dans les ailes de ce dernier, qui, bien que les plumes soit à moitié brûlées, faisaient comme un cocon autour d’eux.

Ténèbres.
Oragie voulait se laisser aller. Sombrer dans l’oubli, l’oubli de lui-même, de ce qu’il était, l’oubli du monde extérieur et des personnes qui tenait à lui, et, enfin, l’oubli de la souffrance, la douleur abominable qu’il avait ressenti, que son corps ressentait toujours, même si son esprit s’en détachait peu à peu.
Il se revit, enfant, avec déjà une intelligence plus haute que la plupart de ses camarades, apprenant déjà plus vite, mieux. Il se revit, à cause de cette même intelligence, jalousé par tous, et seul, où qu’il aille.

Et puis, Krylla était arrivée dans sa vie. Il l'avait rencontré à l'école, elle était dans sa classe. Elle était une solitaire, comme lui, mais bien que moins intelligente, elle n'était pas jalouse du jeune homme ; à quoi bon, disait-elle, envier ce qu'on ne pourras jamais atteindre ?
Elle dédaignait les autres, qui laissait leur lâcheté et leur bassesse haïr Oragie. Mais leur haine fut encore décupler quand il devint proche de Krylla, car c'était une belle femme, indépendante, libre et forte, qui attirait les convoitises ; tout le monde voulait la garder auprès d'elle, comme attirer par son feu intérieur et la lumière qu'il dégageait.

Oragie, lui, était différent. Il n'avais pas voulu s'imposer à la jeune fille, et était devenu son ami. Son seul ami. Comme elle était sa seule amie.

Malgré le respect qu'il lui portait, il tomba rapidement fou amoureux d'elle. Il se sentit obligé de lui avouer, un soir d'été, alors qu'ils était assis sur la plage et regardait le soleil se coucher. Il trouvait ce moment parfait, alors que la lumière rouge se reflétait dans la mer et projetait ses paillettes d'or sur leur visages.
Quand il lui avait annoncé, un silence avait suivi. Le sourire de la jeune femme était caché par ses cheveux, alors il ne l'avait pas remarqué avant que... Leurs visages soit seulement à quelques centimètres l'un de l'autre.

« Je t'aime aussi », avait-elle murmurer. Avant de l'embrasser.

Ce baiser avait rempli le jeune homme de bonheur. Il était comblé. La femme qu'il aimait voulait bien de lui, ils allaient bientôt finir leur études et partir vivre loin d'ici, tout les deux, heureux.

Il le firent.
Malheureusement... Cette bien trop belle histoire ne pouvait que finir tristement. C'est d'ailleurs après cette histoire, que, traumatisée et pousser par sa haine des pirates, il s'engagea dans la Marine, où il rencontra Roy et Kyu.

Un jour, des pirates étaient arrivés dans leur village. Cela faisait à présent deux ans qu'ils était mariés, deux ans de bonheur absolu pour eux deux. Deux années d'allégresse et de gaieté qui volèrent en éclat lorsqu'Oragie, qui revenait d'une ville qui se trouvait à l'autre bout de l'île, vit le corps désarticulé de Krylla voler lorsque leur maison explosa.

Il hurla.

Ça ne pouvait pas être vrai. Sa Krylla ne pouvait pas mourir.

Qu'avait-il donc fait au ciel pour mériter ça ?

Maudissant les dieux, il courut près du corps de sa bien-aimee. Il ne pouvait rien faire, il en était bien conscient… personne ne pouvais ressusciter les morts. Même avec tout l'amour qu'il portait à la jeune femme, il était totalement impuissant.

Et puis, une idée pris forme dans son esprit. Il pouvait… Il pouvait essayer de la venger. Cela ne la ramenerais pas, mais… lui permettrait peut-être de la rejoindre…

Résolu, il essaya de retrouver un coffre parmis les débris de la maison. Un coffre où reposait une arme légendaire, héritage d'un des ancêtres du jeune homme, qui fut en son temps un héros.

Il trouva le coffre, qui était à peine endommagé. Il était vieux, mais de bonne qualité, et lorsqu'il l'ouvrit, la hache était là, à sa place.

C'était une arme magnifique. Ses lames faisait penser aux ailes d'un papillon, et lorsqu'il en testa les tranchants avec son pouce, il vit qu'elles étaient aussi affutés qu'un rasoir.

Elle brilla sous la lueur du brasier lointain qui provenais du village lorsqu'il souleva le manche noir de la hache, long d'environ un mètre vingt, où était gravé en inscription argentée le nom de cette arme porteuse de mort :

Snaga l'expéditrice, les Lames sans retour.

Il fit quelques mouvements avec la hache, tranchant des ennemis invisibles. Elle était grande, un peu trop pour lui, mais il la maniait sans réelles difficultés.
Un sourire dur étira ses lèvres. C'était une arme parfaite pour un massacre.

Lorsqu'il arriva au village, les combats avaient cessés. Les rares survivants placés sous bonne garde, regardaient en silence, terrifiés,  leurs maisons brûler ou être piller par les pirates. Certains détournaient les yeux, par lâcheté, dégoût ou désespoir sur ce qui allait leur arriver.

Chargé de sa hache, le jeune homme se dissimula derrière un mur à moitié effondré, qui avait autrefois soutenue la maison du maire, et observa sans être vu l'équipage des pillards.

Il reconnut aisément le capitaine. Il dégagait une aura de pouvoir et de force, mais, sans surprise, c'était un homme maigre et laid au visage cruel. Cepandant, dans la disposition des gardes, l'ordre dans lequel les sous-fiffres vidait les maisons, Oragie dût reconnaître qu'il y avait une certaines stratégie mise en place. Pourquoi stratégie ? Parce que quiconque essayait de s'approcher du capitaine avec des intentions plus ou moins belliqueuses se ferait encerclés très rapidement. Encercler avant d'avoir pu atteindre celui qui les commandait.

Sauf si on avait une arme comme Snaga.

Un sourire furtif, promesse de sang, traversa le visage du jeune homme.

Avec Snaga, il pouvait facilement se dégager d'une mêlée.

Le cœur battant, il s'avança au milieu des hors la loi. Et chargea.

Il ne garda pas grand souvenir de ce moment.

Sa hache tranchait, tailladait, semait la mort sans qu'il ait besoin de forcer.

C'était donc si facile de tuer un homme ? Un simple coup, et c'était fini ?

Il ne ressentait même plus la douleur des blessures qu'il recevait.

Il se surprit à rire aux éclats aux milieu de la bataille. Ils avaient tués sa Krylla. Ils ne méritaient pas de vivre. Il ne méritaient pas de vivre. Ils ne méritaient pas de vivre... C'est la seule phrase qui résonnait dans l'esprit d'Oragie, cet esprit anéanti par la folie et la tristesse.

Et puis, il n'y eut plus d'ennemi.

Seul le capitaine était encore debout. Il plissa les yeux. C'était un gosse qui se tenait devant lui, couvert de sang. Un gosse d'une vingtaine d'année armé d'une monstrueuse hache, presques aussi grande que celui qui la maniait, une hache à doubles lames, des lames teintés de poupre qui semblait réclamer encore et toujours plus de sang pour s'abreuver.

Mais ses hommes étaient remplacables, et le capitaine était sûr de gagner. Le pouvoir d'un fruit du démon coulait dans ses veines, après tout.

En un instant, il calcula toute les angles d'attaques possibles avec la hache, calculant le pourcentage de chance que son ennemi avait de les placer, et fit une garde parfaite qui pouvait bloquer ou dévier toute ses attaques.

Le gamin le regarda étrangement. Son regard était devenu vide. Sans émotion. Aucune tristesse, aucun désespoir, aucune peur. Juste du vide.

Le capitaine recula.


Il recula jusqu'à avoir atteint l'extremité du ponton et s'arrêta avant de tomber dans l'eau. Plus aucune issue n'était possible.

L'inconnu fit encore son regard étrange.

Il brandit sa hache, et, dans un mouvement presque désinvolte, l'abattit sur le crâne de son adversaire.

Elle ne s'arreta que lorsqu'elle toucha terre.

Les deux moitiés de l'ancien pirate s'écroulèrent.

Sans un regard pour les cadavres ou les vivants horrifiés qu'il laissait derrière lui, Oragie retourna devant son ancienne maison.

Toujours dans un état de transe, il creusa la terre avec ses ongles afin de faire un trou couvenable pour acceuillir le corps de sa Krylla.

Il recouvrit le corps de terre et remit Snaga dans le coffre qu'il vérouilla et déposa derrière le trou, comme une pierre tombale. Comme si c'était pour que la hache elle-même veille sur la dernière demeure de la jeune femme.

Puis, il s'était effondré et avait sombré dans l'inconscience.

Lorsqu'il se réveilla, un fruit attendait d'être manger à coté de lui. Il ne le reconnut pas, mais haussa les épaules : après tout, il ne connaissait pas toutes les plantes existantes sur cette île. Il avait compris que c'était un cadeau des villageois survivants, aussi voulut-il le manger et mordit dedans : il avala la première bouchée, mais le goût était écoeurant. Toute faim coupée, il repoussa le fruit. Et se rendormit.

Et, doucement...

… se réveilla, pour de bon.

Une jeune femme à l'air doux était penché sur lui. Ses grands yeux violets et innocents l'observaient avec anxiété, mais Oragie se sentait bien. La douleur qu'il ressentait avait totalement disparue.

La jolie blonde, non, ses cheveux était plutôt châtain clair, prit la parole d'une voix apaisante, mais qui contenait une pointe d'inquiétude :

« -Vous allez bien ?... »
avatar
Kyu

Messages : 24
Date d'inscription : 23/06/2013
Age : 19
Localisation : Quelque part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fanfiction - Pirates !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum